Géologie

Les dépôts d'apatite du Lac à Paul se situent dans la suite anorthositique du Lac-Saint-Jean (SALSJ) de la partie centrale de la Province géologique du Grenville. La SALSJ regroupe plusieurs lobes d’âge protérozoïque. Le métamorphisme régional se situe généralement au faciès supérieur des amphibolites jusqu’à celui des granulites.

Les roches présentes sur la propriété du Lac à Paul sont de composition mafique à ultramafique (anorthosites, gabbros, norites, troctolites et, en quantité moindre, des pyroxénites, dunites et péridotites).

 

Le gisement d’apatite de la Zone Paul est situé dans la partie NORD-OUEST de la propriété. Il est composé d’une lentille stratiforme de nelsonite au NORD et d’une zone de gabbro anorthositique minéralisé (appelé aussi gabbro à apatite) au SUD. Dans la partie EST du gisement, une troisième zone minéralisée, composée du mélange entre le gabbro anorthositique minéralisé et la nelsonite, a de plus été identifiée.

 

D’après le modèle utilisé pour l’estimation des ressources publiée le 18 février 2015.

 

La nelsonite est la roche du gisement qui est la plus riche en apatite. Elle se présente sous forme de lentilles d'épaisseurs métriques et d’orientation EST-OUEST avec un pendage subvertical (70° à 85°) généralement vers le SUD. Son épaisseur vraie est de 10 à 300 mètres, selon la profondeur et le positionnement latéral.
Le gabbro anorthositique minéralisé (ou gabbro à apatite) est directement au contact SUD de la nelsonite sur près des deux tiers du gisement. Cette roche s’enrichit en apatite près du contact avec la nelsonite. Son épaisseur vraie est de 20 à 220 m et a tendance à augmenter dans la partie OUEST du gisement.
La zone de mélange (gabbro anorthositique minéralisé + nelsonite) est présente, dans la partie EST du gisement, au contact SUD de la nelsonite. Son épaisseur vraie est de 10 à 100 m.
Avec les extensions Ouest et Est, la longueur totale de l’enveloppe minéralisée du gisement est présentement de 3 700 m. Cette enveloppe affleure près de la surface (3m) et est observée jusqu’à 400 m de profondeur verticale. Le gisement est encore ouvert latéralement et en profondeur.

 

Principales zones d’exploration

Ressources à jour sur l'ensemble des claims

Les ressources présentées ici ont été publiées dans les communiqués de presse datés du 18 février 2015, de 16 juillet 2014, du 15 mai 2014 et du 8 novembre 2011.

Ressources résultats forages

(1) Mise en garde: Les ressources minérales présentées ici ne sont pas des réserves minérales, car elles n’ont pas été démontrées par une étude de viabilité économique.
(2) Mise en garde : Les ressources minérales présentées ici ne sont pas des réserves minérales, car elles n’ont pas été démontrées par une étude de viabilité économique. Il n’est pas certain que de futurs travaux d’exploration résultent à catégoriser les ressources présumées présentées ici en ressources indiquées et/ou mesurées.

Les dépôts ignés vs les dépôts sédimentaires

Les roches enrichies en phosphore sont classées en deux groupes en fonction de leurs origines géologiques :


• les roches intrusives d’origine ignée (ou magmatique) : soient constituées de roches mafiques à ultramafiques (nelsonites du Lac à Paul) ou de roches alcalines (carbonatites à phosphore).
• les roches d’origine sédimentaire : ces dépôts sont souvent sous forme de sable plus ou moins consolidé correspondant aux vestiges de squelettes de millions de créatures marines dans le fond des océans.

  Dépôts ignés Dépôts sédimentaires

Teneur de la roche

Entre 4-15 % P2O5

Entre 10-30 % P2O5

Minage et broyage

Plus difficiles: roches dures

Plus facile, car les roches sont non consolidées

Concentration (traitement du minerai)

Traitement et séparation faciles

La récupération peut être >90%

Procédé moins efficace

La récupération est de 65-85%

Teneur du concentré

37-41 % P2O5

Teneur moyenne de 29 % P2O5

Qualité du concentré

Contient peu ou pas de contaminant

Contient généralement des contaminants (métaux lourds, uranium, cadmium)

 

Apatite et ilménite au Québec : un potentiel de classe mondiale (présenté lors de Québec Mines 2015)

Apatite et ilménite au Québec : un potentiel de classe mondiale
Publié le 18 octobre 2016